2117 Views |  9

Quel Chapeau pour 2017 ? #chapelierfou #hats #chapeaux

« Pourquoi un corbeau ressemble t-il à un bureau ? »

Derrière cette devinette absurde se cache l’un des plus célèbres personnages de fiction en lien avec les couvre-chefs, le Chapelier Fou d’Alice in Wonderland.

On en parle peu mais le chapeau est un accessoire de mode incontournable du vestiaire masculin comme du vestiaire féminin.

aliceburton

Le chapeau a deux fonctions.

La première est utilitaire, l’autre esthétique et sociale.

Le chapeau permet de protéger la peau des intempéries, du soleil, de la poussière, de la chaleur comme du froid. Il est aussi un symbole important de la place de celui qui le porte dans la société.

Il reste que certains couvre chefs,  tels la chapka, sont plus ou moins trendy selon le mannequin. 

rl-chapka

europe1fr

Quels chapeaux pour 2017 ?

Le chapeau chic

Rien n’est plus vrai pour le très traditionnel mais très chic haut de forme (il est suivi de près par le Homburg, popularisé par le futur roi Edouard 7 alors Prince de Galles).

S’il provoque la stupeur et l’effroi la première fois qu’il est porté (c’est en 1797 par le chapelier anglais John Hetherington, lequel s’est même vu dresser une amende !), il demeure l’apanage des héros romantiques du XIXe.

allocine

De nos jours, d’un point de vue formel, il n’apparaît plus que pour des occasions particulières, uniquement avec un frac ou une jaquette.

Il opère néanmoins un retour remarqué pour la prochaine saison comme chez Dunhill pour le défilé londonien de John Ray.

dunhillvoguerunway

 

L’équivalent féminin du couvre-chef de cérémonie, c’est le bibi. 

Au milieu du 19e siècle il désigne plus spécifiquement une capote  1830 nouée sous le menton. Il renvoie depuis lors à  tous les petits chapeaux portés sur un chignon et à tous les petits chapeaux féminins sans bord. 

L’une de ses plus pertinentes ambassadrices reste la très edgy et élégante Kate Middleton. 

goodhousekeepingcom

 

Le chapeau casual

Dans sa version plus casual, on connaît tous le chapeau melon ou « bowler« , symbole de l’agent de change et du banquier londonien.  Il a été créé initialement pour pour les gardes chasse pour ne pas qu’ils soient gênés par les branchages (le petit chapeau en forme de dôme offre peu de prise).

Il sera ensuite mis au goût du jour par John Steed dans The Avengers (Chapeau melon et bottes de cuir).

avengers

Bien que majoritairement masculin, le bowler est un must have féminin de ces dernières années. 

Armani propose ainsi un chapeau boule à larges bords pour un look boyish parfaitement assumé. 

voguerunwarmanifw14

Dans le même sens, mais plus féminins, plus travaillés et définitivement géométriques, les modèles de cet hiver de Chanel twistent le style du bowler, mettant en avant le port de tête par une courroie en grosses perles conforme à la signature de la maison. 

Ils ne sont pas non plus sans rappeler les chapeaux Pork Pie des Rudes Boys, amateurs de jazz et farouches opposants à une société des sixties marquée par des luttes sociales et un chômage grandissant. 

chanel-fall2 chanel-fall

Plus sexy et plus hollywood, voici le Fedora. On l’appelle aussi Borsalino, même s’il s’agit d’une marque et non d’un type de chapeau. Adopté par les hommes comme par les femmes, il a fait les beaux jours de l’âge d’or du cinéma.

thefedoraloungcom

voguerunwayzuhair

Mais pour les femmes, le chapeau star reste incontestablement la capeline.

Initialement portée par les paysannes pour se protéger du soleil, elle est popularisée par les demoiselles de Rochefort.

 LaurineGarridoPhotography

aaa dsc_0126

Sur les catwalks c’est un mélange des genres que proposent les créateurs : 

Très chics et tout en transparence chez Armani,

armani-sprinc-2016-rtw

Plus « néo gangster » en feutre chez Mabille à mi-chemin entre le Fedora et la Capeline.  

voguerunwayff2014 voguerunwaymabillef14

 

Le chapeau Streetwear

C’est incontestablement dans le sport que les chapeaux trouvent leur salut.

LeTrilby, cousin du Fedora, se caractérise par un étroit ruban rehaussé d’un petit nœud sur le coté. Il est l’emblème des passionnés de cheval de la noblesse britannique (ci-dessous pour un look trendy et edgy sur Cara).

cara

Tout aussi raffiné, le Canotier en paille rond et rigide années des années 20 ou le Panama font leur grand retour tous les ans, que cela soit à Wimbledon (ci dessous sur l’actrice Minnie Driver) ou sur les podiums (Chanel Resort).

minnie-driver-little-white-dress-panama-hat-proved-1

chanel_res17_218

Beaucoup plus streetwear encore : la casquette. 

Ne pas confondre toutefois la casquette plate et sa cousine, la casquette de baseball. 

Lorsqu’elle est en tweed, la première est la coiffure anglaise sportive par excellence. Lorsqu’elle ne l’est pas, elle se fait paradoxalement symbole de la classe ouvrière : les Teddy Boys, mouvement rebelle d’après 2nde guerre mondiale, en font l’un de leurs couvre-chefs favoris qu’ils associent à un gilet de costume en brocard ou en cachemire et une montre à gousset. 

Chez Ralph Lauren, on l’utilise pour twister le look preppy d’un blazer. 

ralpf-cas

Un autre casquette, la casquette de baseball, prend son envol avec le hip hop.

La mode « fly and fresh » qui se développe surtout au début des années 70, tout en étant concurrencée par le Pork Pie Hat, explose dans les années 80 dans les quartiers défavorisés autour du South Bronx.

Le mouvement détourne le sportswear des classes aisées et propulse des marques telles Ralph Lauren, Fila ou Thommy Hilfiger. Il imite les stars de hip hop, permet l’éclosion de la culture urbaine et des sports de glisse comme le skate, la musique (punk comme hip-hop) et lʼart urbain.

Se développe une nouvelle forme dʼexpression (streetart notamment) permettant d’exprimer son individualité dans une société tendant à marginaliser.

La référence des casquettes street est la casquette à visière plate (non réglable à l’inverse de sa jumelle la « snapback« ).

Elle a été démocratisée par la marque New Era avec son modèle iconique : la «59 Fifty » portée par Jay-Z (ci dessous avec Beyoncé qui opte quant à elle pour le Fedora et pour un style casual tout en décontraction).  

jayz

Mais aujourd’hui, jeu, set et match.

Les codes urbains sont bouleversés et les cartes redistribuées. Le streetwear nʼest plus associé à la youth culture anticonformiste des débuts. 

img_9542

aaaa

La clientèle sʼest diversifiée : elle touche des tranches dʼâges plus âgées et a envahi lʼensemble des classes sociales.

vuittoncasq

Au final, si les chapeaux ont été pendant longtemps un moyen sûr de marquage à une classe sociale, ils sont surtout de nos jours une façon d’assumer et d’affirmer une personnalité.

En témoigne le délirant et démesuré Steampunk, variante déjantée du grunge si bien porté par Kurt Cobain ou le couple Johnny Depp / Winona Ryder.

Le Steampunk est un hommage détonnant et presque dissonant mêlant science-fiction, au futur, ère victorienne, histoires d’HG Wells, mouvement punk

aceshowbizcom

Les adeptes du mouvement se parent de casques d’explorateurs, de hauts de forme délirants à la Burton ou à la Wild Wild West, oeuvre Steampunk par excellence. 

villainswikiacom

Robes longues et corsets sont associés à des chapeaux d’aviatrice tendance Amelia Earhart (première femme à avoir traversé l’Atlantique en avion, si bien incarnée par Amy Adams) et à des accessoires de cow-boys. 

historycom

A travers les couvre-chefs et les accessoires, c’est aujourd’hui le Steampunk qui triomphe dans les médias donnant au chapeau une nouvelle raison d’être.

En témoigne le style des maudits de l’univers torturé de Mad Max avec leurs grosses lunettes de cuivre leur recouvrant presque l’intégralité du crâne.

thevergecom

2017 sera-t-il définitivement Steampunk ?

La sortie de l’adaptation de l’oeuvre majeure de Stephen King, The Dark Tower l’été prochain, mettant en scène le pistolero Roland de Gilead dans un univers fantasy entrelacé de voyages dans des mondes parallèles, fera sans l’ombre d’un doute le triomphe du style.

dark-tower-3