30983 Views |  5

Je me mets au Sport : Quand verrai-je des Résultats ?

Se mettre au sport est une très bonne chose (je ne le répéterai jamais assez…!) mais pour ne pas se décourager, il convient de répondre à une question essentielle : au bout de combien de temps voit-on des résultats ?

La question doit être traitée de deux manières en fonction de ses objectifs : si je souhaite prendre en masse d’une part, si je veux progresser en endurance d’autre part.

IMG_3028

Si je veux prendre en masse : les progrès musculaires

On s’en doute, pas de concours de bodybuilding (même avec l’autobronzant parfait) 5 jours après avoir fait ses premières tractions.

Ainsi que le relève l’ouvrage d’Alex Hutchinson, les scientifiques ne parviennent à déceler de véritables changements dans la composition en graisse et en muscle qu’après 9 semaines de training.

Dans le même sens, une étude de l’Université de Tokyo publiée en 2010 constate que le gain de force le plus important intervenait véritablement après 2 mois de training (soit sensiblement la même durée) et que l’augmentation la plus significative dans la taille des muscles intervenait au bout de 3 mois (ce qui au final n’est pas si long !). Le gain de force arrive donc avant des muscles plus visibles.

Bonne nouvelle cependant ! L’organisme se renforce seulement quelques heures après le début de l’entraînement. Motivant non ?

IMG_3029 (2)

En résumé il suffit de seulement quelques sessions pour que le cerveau crée de nouvelles fibres musculaires, générant par là même une plus grande force … et – on l’a compris – ce bien avant qu’une vraie musculature se forme. La motivation à tirer de l’efficacité de son entraînement est donc là puisque l’on progresse vite et que la force s’accroît très rapidement. Cela permet d’augmenter le poids de ses séries, le nombre de répétitions (et – avouons le -, il est plutôt satisfaisant de réussir parfaitement un exercice alors que son voisin à la salle de sport s’écroule au bout de 30 secondes).

Alors certes pour les motivés qui veulent ressembler d’ici l’été prochain à Monsieur ci dessous (on remarquera la mine réjouie ainsi que la jolie démarcation de tan entre le visage et le corps…) cela risque de prendre un peu de temps (mais d’un autre côté on conviendra qu’il est peu pratique avec une telle musculature de trouver un joli costume coupé à sa taille).

se-mettre-au-sport-est-une-très-bonne-chose-02

Si je veux progresser en endurance : les progrès aérobics

De la même façon l’exercice aérobic produit des bénéfices très importants sur la santé et les performances avant même que l’on puisse s’en apercevoir.

Ainsi que le note Joe Vigil, coach sportif des plus grands marathoniens, cité par Gretchen Reynolds, « le bon côté d’être un sportif débutant (en endurance) est que l’on voit de très fortes progression dans la performances ». Il ajoute que c’est certainement ce qui motive à continuer.

Quelques séances de cardio seulement (vélo, running, elliptique, mais aussi High intensity interval training) seulement suffisent donc à progresser et permettent de tenir donc très vite de tenir bien plus longtemps à chaque session. Motivant pour s’accrocher non ?

Dans tous les cas, les bénéfices d’un training bien réalisé sont importants et immédiats (si vous n’étiez pas encore suffisamment convaincus…!)

Plus de sucre brûlé par l’organisme

C’est ainsi que durant les 48 heures en moyenne suivant un training, les muscles en pleine réparation vont consommer un taux de glucose plus élevé… ce qui a pour conséquence directe de diminuer le taux de sucre présent dans le sang (c’est la glycémie). Pourquoi c’est important ? On évite ainsi coups de barre, maux de tête et système immunitaire en berne.

Des graisses brûlées plus rapidement

L’exercice aérobic de manière générale, et surtout les activités de haute intensité (High Intensity Interval Training) accroissent aussi le nombre de mitochondries.

Que sont les mitochondries ?

Les mitochondries sont des cellules à l’intérieur de nos cellules. Elles  mélangent les calories que l’on ingère avec de l’oxygène pour produire de l’énergie.

Plus exactement, on détermine la vitesse du métabolisme d’un individu (et donc sa capacité à brûler des graisses !) en fonction de la vitesse à laquelle les mitochondries font ce travail.

Des études ont démontré qu’il suffit de 6 semaines de training pour augmenter le niveau des mitochondries de 50 à 100 %, ce qui n’est pas négligeable puisque l’on augmente ainsi également son métabolisme !

Des effets ralentis du vieillissement

Plus encore, une étude menée par le Dr. Mark Tarnopolsky, de l’Université McMaster au Canada (Ontario) a démontré un élément passionnant : la bonne santé des mitochondries est essentielle pour le ralentissement du vieillissement de l’organisme… et cette bonne santé s’obtient par un exercice physique régulier.

Autrement-dit : oubliés liftings, acide hyaluronique, botox et implants, on favorise la salle de sport !

Bien entendu, en fonction de ses objectifs (prise de masse, perte de masse grasse… voire les deux), on n’oubliera pas d’adapter son training (HIIT, endurance, poids…) … et son alimentation. On le verra, de nombreux sports ne permettent pas de prendre en volume car les efforts (comme le cardio par exemple) souvent longs, sollicitent davantage le souffle et des fibres musculaires bien spécifiques. Enfin, le sexe, l’âge et la génétique sont également des données à ne pas négliger.

IMG_5118