1780 Views |  3

Le Sport fait-il grossir?

 

 Les croyances populaires traversent les siècles sans prendre une ride, c’est ce qui fait tout leur charme.

Ainsi, on relèvera que la Muraille de Chine n’est pas visible à l’œil nu depuis la Lune, que la couleur rouge ne rend pas les taureaux agressifs, et que les tournesols ne suivent pas le mouvement du Soleil. De même, le « j’ai fait mes 3h de sport hebdomadaires, je vais pouvoir me gaver comme un lutin en fin de période de Noël » est une idée reçue aussi folle que considérer les poils repoussent plus drus après avoir été rasés (eh oui ! c’est une idée reçue !).

Une particulière contradiction avec les faits laisse pourtant entrevoir ici ce qui semble n’être qu’utopie : nombreux sont ceux qui s’entraînent vaillamment … mais qui pourtant ne perdent pas un gramme. Plus encore, si l’on en croit un article paru dans le Time Magazine en 2009, une activité physique plutôt intensive ouvrirait l’appétit ce qui conduirait donc le sport à nous faire grossir.

sp

En réalité, il semblerait que les raisons soient plus pernicieuses

Comme le démontrent plusieurs études (je pense notamment à celle publiée en août 2013 dans la revue Medicine and science in sports and exercise), nous serions en réalité nos propres saboteurs à l’obtention d’un 6 pack (je rappelle à toutes fins utiles à ceux qui s’imaginent que seuls les crunch – qui en plus ne sont pas un bon exercice ! – comptent, que pour voir ses abdos on doit avant tout se débarrasser de la couche de graisse qui les recouvre) : un peu de sport et on a tendance à se récompenser avec un bon kebab sans même s’en apercevoir.

Plus encore d’autres études ont démontré que l’on avait même tendance à sous estimer les quantités de calories ingérées en fonction de l’effort physique que l’on a réalisé.

spp

En réalité, à moins d’être un sportif professionnel et d’avoir une activité vraiment intense et soutenue très régulièrement, et dans une optique de perte de poids, trop se complémenter avant, pendant ou après une séance de sport est parfaitement superflu.

On oublie donc les Energy drink et les barres estampillées « sportifs » qui rajoutent des calories inutiles et on ne se gave pas de glucides avant une préparation à un événement fitness c’est totalement inutile.

Quand on sait qu’en moyenne (en fonction de son sexe, de son âge et de son poids),

1h de marche modérée = 140 à 240 calories (donc 3 à 6 oreo)

1h de jogging a 10 km/h = 600 à 900 calories (donc 6 à 10 petits macarons)

1h de musculation = 180 à 260 calories (donc 1 à 2 bananes)

… On se dit qu’il est de bon ton de ne pas se laisser aller à engloutir n’importe quoi (surtout si on a un objectif précis en terme esthétique).

Autant dire que la recette ci-dessous à 60 121 calories n’est pas recommandée …

Au total je fais quoi ? J’arrête le sport ?

Certainement pas. Certes  l’étude publiée en 2006 dans l’International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity tout comme l’Université d’Harvard ont bien démontré que ceux qui pratiquaient au minimum entre 30 et 60 mns d’activité physique par jour avaient plus de facilités à perdre de poids que ceux qui restaient vautrés sur leur canapé.

On conviendra que certains scientifiques ont cette capacité à vouloir sans cesse démontrer l’évidence, comme s’il fallait se rassurer régulièrement que 2 + 2 font 4. Expliquer que l’on perd plus de poids quand on fait du sport plutôt que de rester dans son canapé est, à n’en pas douter, une première pierre vers le Prix Nobel de Médecine.

spppp sppp

Mais, pour avoir un physique affûté cela ne suffit pas : s’entraîner ouvre peut être l’appétit, mais la solution de moins manger n’est pas non plus la bonne : en diminuant drastiquement son apport calorique, on abaisse en effet son rythme métabolique basal (c’est-à-dire le nombre de calories que le corps brûle au repos pour les fonctions vitales). Autrement-dit, moins on mange, moins on perd de poids étant donné que le corps s’adapte.

Au total donc, seuls ceux qui additionnent sport et régime ont véritablement perdu du poids.

sppppp

En conséquence qu’est ce qu’on fait ?

L’idéal est, en fonction de ses besoins d’adapter les deux (sans s’affamer évidemment).

On n’oublie pas non plus que les bénéfices du sport ne sont pas seulement la perte de gras :l’activité physique favorise en effet une bonne santé cardiovasculaires et apaise le stress, permet de diminuer ses risques de cancer du sein, aide à combattre les virus en renforçant le système immunitaire et accroît la densité osseuse (on en a déjà parlé).

Petite précision toutefois pour les stressés : avec une activité sportive intensive, l’organisme produit non seulement des endorphines, l’hormone du plaisir, mais aussi du cortisol, l’hormone du stress. En temps normal, la seconde est outrepassée par la première. Toutefois en période de stress, avec un organisme qui produit déjà du cortisol, la tendance pourrait s’inverser. Autrement-dit : quand on accumule trop de stress dans la vie de tous les jours, une activité physique trop intense risque d’intensifier les effets hormonaux de celui-ci.

En conséquence : on n’arrête pas le sport mais on remplace la séance de sprints ou de Crossfit par une activité plus calme.